Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 15:46
  Le jeudi 17 avril, nous avons rendez-vous avec 2 chargés d'études de Cistude Nature (http://www.cistude.org/) aux alentours de Libourne pour dénicher la fameuse Grenouille taureau (Lithobates catesbiana). En s'arrêtant sur plusieurs sites, on a eu l'occasion de découvrir 2 autres espèces « bien locales » : le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) et le Crapaud calamite (Bufo calamita).

    Equipés de bottes et de lampes, la soirée de prospection commence donc…


Premier site : une petite mare qui sent un peu les égouts. Et oui, les milieux humides deviennent tellement rares que nos amphibiens sont obligés de se contenter de ce qu'ils trouvent ! Ici nous attendait le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus), petite espèce de crapaud dont la taille n'excède pas 5 cm. En raison de ses petites taches vertes sur la peau, on le surnomme le «crapaud persillé », et il est donc très facile pour lui de se camoufler entre les plantes et la vase d'une mare (et de nous faire galérer un bon moment)! Heureusement, son chant caractéristique, qui ressemble au bruit de 2 boules de pétanque qui s'entrechoquent rapidement, a permis de  localiser ce mâle quasiment unijambiste (ce qui veut dire qu'une de ses pattes a été légèrement « goutée » jusqu'à la cheville)!
Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus)
Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus). Dans une main, on se rend mieux compte de la petite taille de cette espèce!

    On a aussi pu observer un grand nombre de petits têtards de Crapaud calamite (Bufo calamita), espèce dont on reparlera plus loin. Des Rainettes méridonales (Hyla meridionalis) chantent au loin, dont une nous a montré son joli sac vocal. Dommage que la photo soit ratée…
Têtards de Crapaud calamite (Bufo calamita)

    Nous repartons ensuite à la chasse à la grenouille taureau vers la mare d'à côté. Il faut se faire le plus discret possible car la grenouille taureau est très très méfiante et farouche. En plus, à 3 jours de la pleine lune, la nuit est très claire, ce qui rend la chose encore plus compliquée puisqu'elles nous voient arriver de loin ces malines ! On se met donc en retrait pour laisser le spécialiste et son épuisette en avant, mais voilà, juste le temps d'en apercevoir une qu'elle disparaît déjà. Petit lot de consolation, un crapaud commun femelle (Bufo bufo) était dans l'ornière juste à côté de la "Cistudemobile", et nous a fait son plus joli sourire.

Femelle de crapaud commun (Bufo bufo)
 
Deuxième site : encore une série d'étangs colonisés par la Grenouille taureau, mais aussi les écrevisses de Louisiane, 2 grandes espèces envahissantes. Là encore elles nous ont vu arriver et on est reparti bredouille. Arf…

    En reprenant la voiture, un Crapaud calamite (Bufo calamita) se trouvait en plein milieu de la route, il a donc eu la chance de ne pas se retrouver tout plat et incrusté dans le goudron (ou dans la roue). Il voulait nous montrer ce qu'il avait trouvé pour dîner ce soir (un beau vers) et il avait apparemment du mal à finir. Pour info, le Crapaud calamite a les pattes postérieures très courtes ce qui l'empêche de faire de petits sauts comme le Crapaud commun. Il se déplace donc en marchant très vite ou en courant, son nom espagnol « Sapo corredor » signifie d'ailleurs « le crapaud coureur ». A cette période, on l'entend chanter à des centaines de mètres, un chant qui ressemble à un raclement puissant. Le Crapaud calamite étant une espèce pionnière, il colonise les milieux aquatiques récents et peu profonds se réchauffant vite au soleil, comme les champs inondés, les grosses flaques, les ornières, où les têtards vont se métamorphoser en seulement 5 semaines ! D'ailleurs sur le troisième site visité, il a fallu faire attention à chacun de nos pas, tellement les têtards étaient nombreux…


Crapaud calamite (Bufo calamita), magnifique amphibien.
 

Troisième site : Finalement, dans un étang en bord de route, une grenouille taureau (Lithobates catesbiana) juvénile a pu être capturée, ce qui nous a permis quand même d'apprécier sa taille imposante. Une fois attrapée, elle a été placée dans une caisse pour être ensuite congelée. Oui je sais, c'est atroce, mais comment vaincre cette espèce invasive sans essayer de l'éradiquer ? C'est d'ailleurs l'une des principales missions de Cistude Nature (cf. l'interview de Matthieu Berroneau ci-dessus), et la raison de ce suivi. On en a raté pleins de bien plus grosses, mais beaucoup plus malines et habituées. On s'est donc rattrapé sur un têtard (moins farouche) qui montre bien la taille de cette grenouille. Mais ce critère n'est pas totalement fiable, puisque le têtard peut être plus gros que l'adulte, comme pour les Pélobates…
Juvénile de grenouille taureau (Lithobates catesbiana)
Tétard de grenouille taureau (Lithobates catesbiana). Les points noirs sont caratéristiques de l'espèces.

      Pour conclure, nous (Recofga et Recofgo) avons passé une très bonne soirée et on en a eu pleins les yeux (même sans adulte). On remercie donc les 2 chargés d'études pour leur accueil et pour nous avoir fait partager leur métier le temps d'une soirée.


Partager cet article

Repost 0
Published by recofge - dans Herpetologie
commenter cet article

commentaires

  • : Recofge
  • Recofge
  • : On cherche, quelquefois on trouve, elle photographie et on écrit... Si vous souhaitez utiliser une photo du blog, pour nous envoyer des infos sur les publications ou l'actualité "nature" d'Aquitaine, ou pour toute autre requête, veuillez nous envoyer un mail à recofge(at)gmail.com (remplacer le (at) dans l'adresse par @ )
  • Contact

Recherche