Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 10:12
    Depuis février/mars, l’activité des amphibiens reprend. Tout le monde connaît les traditionnels grenouilles, crapauds, et autres rainettes (qui constituent l’ordre des Anoures, les amphibiens sans queue), les un peu moins traditionnelles salamandres (qui appartiennent à l’ordre des Urodèles), mais d’autres urodèles, les tritons, sont beaucoup moins connus. Normal, ces animaux sont très discrets, ont une activité majoritairement nocturne, et sont donc beaucoup plus difficiles à observer !
    Pour commencer la découverte des amphibiens de France chez Recofge, nous vous proposons de parler du triton le plus facile à trouver dans notre région: le triton palmé (anciennement Triturus helveticus, son nouveau nom scientifique est Lissotriton helveticus). Ce petit  triton (moins de 10 cm) est très ubiquiste, on peut le trouver aussi bien dans une mare forestière, que dans un lavoir  ou une ornière innondée. C’est d’ailleurs dans une ornière située à Pompogne (47) que nous avons trouvé nos deux mannequins pour cette séance photo :
 
Le fameux biotope, dans lequel on ne voit rien sans y faire attention….
 
…mais qui s’avère être plus riche en rencontres sexuelles que Meetic!

    Petit conseil : même si, avec de l’observation et une bonne dose de patience, ces tritons sont observables en plein jour, mieux vaut attendre la nuit et scruter les zones humides avec une lampe de poche, et vous verrez à quel point la différence activité de jour/ activité de nuit est flagrante. Dans cette «flaque» d’à peine 20 cm qui ne cassait pas « 3 pattes à un canard laqué » (dixit PPDA), nous avons pu observer la nuit une vingtaine de tritons, contre au mieux 2/3 dans la journée.
 

    Comme la plupart des amphibiens, qu’on croit souvent à tort complètement aquatiques, les tritons ont une vie biphasique : une phase aquatique, une autre terrestre. Après la période de repos hivernale, les amphibiens rejoignent les milieux aquatiques pour se reproduire. Lors de l’accouplement, ils effectuent d’abord une parade nuptiale, véritable danse à deux, où le mâle offre finalement en cadeau un gros paquet de semence, le spermatophore, qui va être capté par le cloaque de la femelle. Les œufs, jusqu’à 400, seront ensuite déposés un par un sur des feuilles repliées par la femelle. Les œufs écloront 2 semaines plus tard d’une larve qui se métamorphosera en 5 à 12 semaines. Les juvéniles chercheront ensuite un refuge sur la terre ferme généralement à proximité immédiate du site de reproduction, mais ils peuvent s’éloigner de plus d’un kilomètre ! Lors de cette phase terrestre, les individus sont plus difficiles à trouver, mais on peut y arriver en soulevant des pierres, des souches ou encore sous de la mousse ou de l’herbe.
    Le triton palmé est très commun dans la région et dans toute la France. Dans le nord de la France, il peut être confondu avec une espèce proche, le triton ponctué (Lissotriton  vulgaris). Pour nous, pas de problème puisque seul le triton palmé est présent  en Aquitaine!

   Comment distinguer le mâle de la femelle?

    Le mâle, contrairement à la femelle, possède ce qu’on appelle un mucron, un filament caudal indiqué par une flèche sur la photographie, son cloaque est plus volumineux, et sa palmure est noirâtre. Attention, ces critères sont atténués en dehors de la période de reproduction.
 
 


    Si vous en croisez fréquemment, vous vous rendrez également compte que le mâle est plus petit, et que sa coloration est différente.
 

Tritons palmés mâle et femelle, le filament caudal est bien visible, et le cloaque est plus volumineux chez le mâle que chez la femelle.

    Voilà pour la présentation sérieuse (ça arrive) du premier amphibien de ce blog, qui ne sera pas le dernier! Nous vous parlerons probablement d’un autre urodèle, plus rare puisqu’on ne le trouve que dans les Pyrénées, l’Euprocte des Pyrénées.

Partager cet article

Repost 0
Published by recofge - dans Herpetologie
commenter cet article

commentaires

  • : Recofge
  • Recofge
  • : On cherche, quelquefois on trouve, elle photographie et on écrit... Si vous souhaitez utiliser une photo du blog, pour nous envoyer des infos sur les publications ou l'actualité "nature" d'Aquitaine, ou pour toute autre requête, veuillez nous envoyer un mail à recofge(at)gmail.com (remplacer le (at) dans l'adresse par @ )
  • Contact

Recherche